Avoir des rêves est merveilleux, les réaliser, même un tout petit peu est encore mieux. Peu importe leur grandeur ou leur folie. Mais parfois, avant même de pouvoir passer à l’action, nous avons un petit bout de chemin à faire. Un petit bout de chemin à faire avec soi-même. Comme un pèlerinage intérieur.

J’ai longtemps cru qu’il était facile pour tout le monde de passer à l’action. Qu’on avait juste à poser le premier geste et d’avancer sans cesse vers son but. Mais non. Souvent, soit on ne sait pas par où commencer ou soit on commence, mais n’importe comment et dans n’importe quel sens. Avec le mauvais plan de match, la mauvaise équipe ou carrément le mauvais projet, on ne va pas très loin. On s’épuise à courir après sa queue sans jamais pouvoir l’attrapper. On exécute, on livre, on réalise, on s’implique partout sans vision claire de notre direction ou en n’écoutant que sa tête.  Croyez-moi je sais de quoi je parle.

Puis on s’arrête, la langue à terre.

À ce moment précis, on réalise qu’il nous manque des clés pour réaliser nos rêves (sans sacrifier les autres aspects de notre vie) et qu’il faut aller les chercher pour grandir afin de mieux repartir.

Vous vous demandez sûrement de quoi je veux parler exactement. Et bien, je veux parler de notre croissance. De ce qui nous limite et comment nous pouvons activer cette croissance, sans en venir à frapper un mur, totalement exténuée.

On entend souvent que nous sommes notre propre limite. Et bien, j’ai toujours cru que cela ne faisait référence qu’à nos peurs ou nos hésitations. Les derniers mois m’ont fait réaliser une autre interprétation de cette expression. Nous sommes notre propre limite, parce que parfois, le simple fait de ne jamais s’arrêter pour réfléchir nous amène dans une course effrénée où l’on en vient à perdre le sens de la course. À perdre le sens de notre quête intérieure. Nous allions où au fait?

Prendre une pause fait peur. C’est un risque en soi! Le risque de perdre le beat, le risque d’être dépassée, de perdre le momentum, de passer à côté de certaines opportunités. Le risque de laisser aller certaines choses.

Mais il n’en n’est rien. Parfois il faut savoir créer de l’espace pour reposer notre esprit afin que puisse jaillir de nouvelles idées ou des solutions, afin de retrouver notre essence profonde, et de se rencontrer à nouveau. C’est justement ce que je compte faire cet été afin d’aller encore plus loin dans les prochaines années. Toute suggestion d’activité qui visera à me recentrer, à reposer mon esprit, à me sentir vivre ici et maintenant est la bienvenue!

Ce mois-ci j’aimerais entendre vos préoccupations, conseils ou suggestions afin de prendre le temps de mieux se positionner afin de se réaliser pleinement. Des conseils pour favoriser notre croissance intérieure nécessaire à notre bonheur.  Je vous écoute!

 Joëlle

 

 

 

2 Comments