Lorsque j’ai proposé ce titre d’article en réunion des collaborateurs de Femmes Alpha, je ne peux encore dire si l’ensemble des gens (hommes et femmes) qui étaient autour de la table pensait que j’étais suicidaire ou simplement inconscient…

J’ai testé aussi le titre auprès de collègues de travail et de groupes d’amies. Dans la majorité des cas les réactions étaient exactement ce que je pensais qu’elles allaient être : « Ben voyons Pierre-Luc, les femmes ne sont pas machiavéliques, ce sont surtout les hommes qui le sont ! » et, je dois avouer que de mettre en ligne cet article sur un blogue consacré à valoriser le leadership féminin peut ressembler à de la provocation alors que dans les faits c’est tout le contraire.

Premièrement, qu’est-ce que le machiavélisme ? Il est de sens commun de croire que le machiavélisme est associé à la fraude, aux crimes et à la négation de la morale (définition du Larousse) alors que si nous nous reportons à ce que Nicholas Machiavel a simplement voulu faire, c’est de donner un mode d’emploi, sans détour, pour gouverner de façon efficace dans le but de conserver le pouvoir. Je vous entends déjà dire :

— « Pierre-Luc, Pierre-Luc, est-ce que la manipulation ça fait partie des moyens ? ». Certainement que cela fait partie des moyens !

— « Oui, mais Pierre-Luc la manipulation c’est mal, non ? » Je sais que notre éducation judéo-chrétienne nous a « appris » que la manipulation était mal, mais dans les faits, la manipulation c’est utiliser des moyens pour amener les autres à faire des choses que vous souhaitez. Si vous prenez des moyens nobles et que vous souhaitez que les résultats soient faits dans l’intérêt du bien, en quoi la manipulation est mal ? Nommez-moi un leader qui n’a jamais utilisé la manipulation (positive ou négative) et je vous répondrai que ce leader devait gérer des moutons !

— « Pierre-Luc, tu ne serais pas en train de confondre manipulation et leadership ? » Ma réponse est : Est-ce que l’un est possible sans un petit peu de l’autre ?

Bref, laissons un peu de côté le débat éthique qui pourrait survenir (débat que j’ai déjà eu avec une classe remplie de dirigeants de grandes compagnies et notre professeur d’éthique, Pierre Lainey, et je peux vous garantir que lui et moi on s’est bien marré !!) et revenons à nos moutons; ce que je voulais démontrer c’est que le machiavélisme, la manipulation et le leadership étaient reliés d’une façon ou d’une autre. Assumant cela (je sais que je demande un effort à tous ici), est-ce que quelqu’un ici pourrait me dire s’il connaît beaucoup de femmes, avec de grandes capacités de leadership ou non, qui sont capables de dire straight forward à quelqu’un (homme ou femme) leur façon de penser sans considérer comment l’autre personne va se sentir? Non ! Et c’est normal, car qu’est-ce que la majorité des femmes font dans cette situation ? Elles tentent par tous les moyens de ne pas brusquer l’autre, elles dorent la pilule, elles apportent des circonstances atténuantes, bref, soyons francs, elles manipulent la réalité pour que la situation se déroule bien… Est-ce machiavélique ou non ?

Est-ce qu’une femme est plus encline à éviter les conflits ouverts ou déclarés ? Absolument, mais d’un autre côté, elles vont travailler en sous-marin pour tenter de rallier le plus d’alliés à leur cause. Est-ce machiavélique ou non ?

Même si nous explorons l’aspect de la séduction entre hommes et femmes (ou femmes et femmes peu importe), je crois que l’on peut souvent analyser un jeu politique digne de M. Machiavel. Mesdames remémorez-vous tous ces soupers de filles que vous avez eus où vous vous êtes échangées des conseils sur comment amener votre amoureux (ou amoureuse) à faire des choses qui vous plaisent. Vous allez me faire croire aujourd’hui que ce n’est pas un peu de la manipulation ?

Mon ancien professeur, M. Lainey, expliquait dans le cadre du cours les différences entre les personnes machiavéliques, les stratèges, les survivants, le bon soldat et l’agneau sacrificiel. Je vous invite d’ailleurs à consulter un résumé de l’une de ses présentations, que je trouve fort pertinent : http://www.fcsq.qc.ca/fileadmin/medias/PDF/Congres/2013/Pierre_Lainey-Congres_FCSQ.pdf

Il m’est aussi apparu que, contrairement à ce que lui-même enseignait, le machiavélique n’est pas nécessairement un être sans valeurs, il s’oppose simplement à l’agneau sacrificiel qui agit de manière naïve et sans considérer les dimensions politiques de ses actions.

Ainsi, mesdames, s.v.p., pour le bien du monde, cessez de vous faire croire que vous n’êtes pas machiavélique à un certain degré ! Le machiavélisme ne veut pas dire que les choses ne doivent pas être harmonieuses et respectueuses. Le machiavélisme veut seulement dire que vous ne devez pas être naïve pour diriger, et cela mesdames, c’est quelque chose que vous souhaitez toutes !

En terminant, je vous invite sérieusement à lire la présentation dont vous avez le lien ci-haut et de faire le test de personnalité politique inclus dans ce dernier.

Non seulement vous saurez mieux vous situer en sachant quel joueur politique vous êtes, mais cela vous aidera aussi à mieux vous situer en tant que femme leader.

Alors, combien d’entre-vous avez obtenu 76 points et plus ?

1 Comment